ÉTAPE 2 : SENSIBILISATION

Comment susciter un changement durable?

Pour prévenir l'intimidation de façon durable et cohérente, il est nécessaire de faire la promotion de l'équité et de l'inclusion sociale.

L’intimidation est une forme d’agression qui se trouve sur le même continuum de comportements agressifs que les autres types d’agression contre les jeunes, soit l’agression physique, sexuelle, verbale ou psychologique commise par des pairs ou des personnes adultes connues ou inconnues. Toutes les formes d’agression constituent un abus de pouvoir, une façon de dominer, de subjuguer, de contrôler et d’humilier un autre être humain.

Essentiellement, l’intimidation est un problème sociétal. Elle ne se limite pas à l’école et aux relations sociales entre jeunes. L’intimidation sous toutes ses formes peut se produire dans les relations entre adultes également. Nous sommes témoins de situations d’intimidation à tous les niveaux de hiérarchie et dans toutes les sphères de notre société - autant dans les secteurs privés que publics - à la maison, dans la famille et dans les relations intimes où souvent elle se traduit par une forme de violence contre les femmes et les jeunes. Les gens subissent de l’intimidation au travail et dans les institutions et dans la sphère politique et médiatique, même si elle porte un nom différent lorsqu’il s’agit d’adultes.

Lorsqu’une personne est intimidée ou agressée ou fait l’objet d’une discrimination quelconque, peu importe le contexte – dans la famille, à l’école, sur les lieux du travail, dans la collectivité ou la société – elle perd un droit fondamental. Le COPA enseigne cette notion aux jeunes en affirmant que tout le monde a le droit « à la sécurité, à la force et à la liberté ».

La discrimination et les autres formes d’agression ciblant certains groupes sociaux s’inspirent des comportements, des idées et des pratiques qui dénigrent et dévaluent, ou font abstraction de ces groupes, de leurs besoins et de leur vécu. Si nous adoptons cette façon de faire et de penser, nos enfants finissent par assimiler ces comportements, idées et pratiques.

Par ailleurs, l’intimidation est essentiellement de la cruauté. La personne retire du plaisir à faire intentionnellement du mal à l’autre. Lorsque la haine d’une personne est basée sur les différences des autres, elle se donne le droit de faire du mal à la personne qu’elle cible, peu importe sa différence. Cela peut inclure, sans que cela soit toujours le cas, les différences fondées sur les inégalités sociales.

Il est donc impératif d’accorder une attention particulière aux formes d’agression et d’intimidation qui découlent d’inégalités sociales plus vastes (sexisme, racisme, homophobie, discrimination sociale, discrimination à l’égard des personnes handicapées ou des personnes faisant partie d’un groupe religieux minoritaire ou d’autres groupes sociaux marginalisés). Il est aussi essentiel de nommer et de contester toutes ces formes d’agression afin de valider et d’exposer la vulnérabilité particulière et les expériences de vie des jeunes visés par ces actes.

Nous savons qu’il n’y a aucune formule simple pour éliminer l’intimidation. La prévention de l’intimidation est aussi complexe que nos vies, notre culture et notre société. Il n’y a aucune limite à l’éventail de stratégies et de mesures créatives qui peuvent contribuer à enrayer ce problème. Nous avons toutes et tous un rôle à jouer et la responsabilité d’aider à développer et à maintenir un climat positif et sain qui favorise le bien-être et les accomplissements de nos jeunes.

La clé de la prévention de l’intimidation efficace est de rétablir l’équilibre du pouvoir en mettant l’accent sur l’apprentissage et non sur la honte et le blâme. Il est important de favoriser les valeurs et les comportements qui encouragent la bonté, la compassion et le courage et qui inspirent un respect pour toutes les différences. Heureusement, on reconnaît de plus en plus les répercussions négatives de la discrimination et de l’agression qui ont lieu au quotidien.

Pour prévenir l’intimidation, il est crucial de développer le sentiment d'empathie et d'encourager un changement profond dans les attitudes. La participation active et respectueuse d’adultes compatissants à la maison, à l’école et dans la collectivité est l’un des éléments dissuasifs.

Le potentiel de changement réel est incontestable. Les parents peuvent être des modèles de comportements positifs et enseigner à leurs enfants les aptitudes et les compétences nécessaires pour que les jeunes puissent, dans une société diversifiée, établir des relations saines dans lesquelles ils se respectent mutuellement et respectent à part entière tous les droits de la personne. C’est ainsi que nous nous rapprocherons de notre objectif principal, soit d’établir des milieux scolaires sécuritaires, inclusifs et accueillants.